5 chiffres qui montrent qu’il faut changer d’air.

23 Mar 2022 Blue Sun Nos articles

Rarement les envies d’ailleurs n’ont été aussi fortes que depuis le début de la crise sanitaire. Et si nous commencions littéralement par changer d’air ?!

Pire, un quart avouent se tourner régulièrement les pouces. Cela arrive “parfois” pour 64 % d’entre eux*. Travail inintéressant car répétitif, horaires trop contraignants, collègues ennuyeux, etc. : les raisons invoquées pour expliquer cet ennui généralisé sont multiples. Pour près de la moitié des professionnels, cette monotonie découle d’un sentiment d’inutilité. Et on peut craindre que le bore out touche une part toujours grandissante de la population active. Depuis le début de la crise sanitaire, 55 % des Français ont en effet été amenés à réfléchir au sens de leur travail, à son utilité, selon une enquête YouGov.

Comment, dès lors, s’étonner que les Français rêvent de tout plaquer ? Émancipation du salariat, envie de voir si l’herbe est plus verte ailleurs, reconversion, demande de travail longue distance : ils sont de plus en plus nombreux à vouloir prendre une respiration et donner un second souffle à leur vie professionnelle. 2,6 millions de nos concitoyens auraient même déjà sauté le pas en changeant de métier ou en déménageant. L’enjeu pour les entreprises ? Retenir coûte que coûte les talents. Et, sur ce sujet, on ne peut pas leur reprocher de manquer d’imagination ! La fintech Finom envoie ses salariés télétravailler au soleil. Artur’In, une start-up évoluant dans le domaine du marketing digital, paie aux siens deux mois de congé sabbatique. Quant aux collaborateurs de Publicis ? Ils ont, depuis janvier, la possibilité d’effectuer six semaines de télétravail par an et ce, dans n’importe lequel des pays où le groupe est présent.  

Changer d’air – Côté pile : 2,6 millions de nos concitoyens ont déjà changé de métier ou déménagé.

Ces chiffres et ces exemples s’intègrent parfaitement dans le récit d’une “nouvelle ère” construite à coup de “changements d’air”. C’est pourquoi ils sont largement relayés dans les médias. En revanche, peu d’articles prennent la formule “changer d’air” au sens propre ! C’est pourtant en prenant aujourd’hui ce sujet très au sérieux qu’il sera possible, demain, de bâtir le monde d’après. On vous explique pourquoi en 5 chiffres.

 

90 %

C’est le temps que nous passons à l’intérieur. En moyenne, nous consacrons même près de 15 années de nos existences à notre lieu de travail. Le problème ? L’air est cinq à sept fois plus pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur... Un chiffre dont n’ont pas connaissance les 52 % de Français qui ignorent encore que leur exposition à la pollution intérieure est plus forte que celle à la pollution extérieure**.

19

L’étude exploratoire menée conjointement par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) et l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a évalué à 19 milliards le coût annuel de la pollution intérieure. À cela s’ajoutent les 20 000 décès prématurés. Le prix à payer pour les employeurs ? 440 $ par travailleur et par an, si l’on en croit une étude de l’American College of Allergologues qui explique ce montant à la lumière notamment des congés maladies et des baisses de productivité.

 

Changer d’air – Côté face : L’air est cinq à sept fois plus pollué à l’intérieur qu’à l’extérieur.

10

Car l’impact de la pollution de l’air des bureaux sur la productivité des salariés a été démontré par des chercheurs de Harvard. Leur étude a révélé qu’une ventilation faible et des niveaux élevés de particules comme le PM2,5 ou le CO2 pouvaient provoquer une baisse de la performance chez des salariés soumis à des tests cognitifs. Lors de ces derniers, les chercheurs ont en effet constaté une diminution de l’exactitude des réponses en cas d’augmentation de 10 microgrammes par mètre cube des niveaux de PM2,5.

3

Si l’étude d’Harvard s’est penchée sur une source de pollution intérieure en particulier, on oublie trop souvent qu’il existe trois grandes familles de polluants potentiellement présents dans les bureaux :

 

-      Les polluants chimiques comme les composés organiques volatils ou le benzène, auxquels est exposé tout immeuble situé à proximité d’un axe routier mais également tout bureau adossé à un garage ou à un parking…

-      Les polluants physiques comme l’amiante et les particules qui jaillissent… des imprimantes ou des photocopieurs !

-      Les polluants d’origine biologique comme les bactéries, les moisissures ou les virus qui, on le sait désormais, peuvent s’avérer très dangereux pour les voies respiratoires.

 

 

La pollution de l’air des bureaux provient de trois grandes catégories de polluants :  

- Les sources extérieures   

- Le bâtiment en lui-même   

- Les occupants … !

10 %

Ces trois types de polluants n’épargnent pas nos bureaux. Comment expliquer alors qu’ils restent encore ignorés par les politiques et les mesures de lutte contre la pollution intérieure ? Le lieu de travail représente, en effet, une priorité pour seulement 22 % des Français. Loin derrière leur chambre à coucher (42 %) ou les cabinets médicaux (38 %). D’ailleurs, nous sommes moins de 10 % à savoir qu’il existe des dispositifs permettant d’assainir l’air… et donc à les utiliser ! Au-delà de l’aération, pratiquée par 9 Français sur 10, c’est pourtant le seul moyen de réduire la pollution intérieure***. Et avec les UV-C, il devient possible de faire d’une pierre deux coups : respirer un air sain et prévenir les risques liés à l’exposition au bruit !

Marianne Fougère

* Sondage OpinionWay réalisé auprès de 1 003 salariés, pour la plateforme de management de la performance et des talents Elevo.
** Elabe, “Pollution de l’air intérieur : Français, Belges, Chinois, même combat”, enquête réalisée pour Veolia, juin 2019.
*** Sondage OpinionWay, “Quels sont les lieux où l’air est important pour les Français”, février 2018.

Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

Qualité de l’air : une “espèce” largement menacée

22 Sep 2022

Appelés à devenir plus fréquents, plus intenses et plus longs, les incendies et incidents climatiques ne sont pas sans risque pour la qualité de l’air.
 
Canicule, incendies, inondations… Sans oubl...

5 chiffres pour prendre la température de la santé au travail

20 Sep 2022

Alors que la saison des rhumes et autres virus se rapproche, l’occasion nous est donnée de faire le bilan de (la) santé au travail.

Chaque rentrée apporte son lot de nouveautés. Celle-ci n’échappe...

Qui a peur du quiet firing ?

15 Sep 2022

En cette rentrée, le monde du travail regorge de néologismes et d’anglicismes. On en ajoute un à la liste, en vous expliquant ce qu’est le quiet firing.
 
Quiet quitting : difficile d’échapper au ...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion